Journée Internationale abolition de l’esclavage : libre à jamais

Journée Internationale abolition de l’esclavage : libre à jamais

C’est sous l’égide du Ministère de la Culture  et en partenariat avec l’UNESCO, que  fut commémorée la date d’anniversaire de l’adoption par l’Assemblée Générale des Nations Unies, de la Convention pour la répression et l’abolition de l’esclavage le 02 décembre 1949.

Le combat de tous les jours

La célébration de cette journée, nous  rappel le  combat que nous poursuivons contre  ce fléau . Un  combat permanent contre toutes les autres formes d’esclavage moderne qui privent à de très nombreux êtres humains, leurs libertés et leurs droits les plus élémentaires à la dignité, au travail libre, à la vie tout simplement.

En rappelant l’abolition de l’esclavage dans son message du 02 décembre 2016,M. Ban Ki-moon, Secrétaire général de l’ONU, a ajouté ceci:

“Le Fonds de contributions volontaires des Nations Unies pour la lutte contre les formes contemporaines d’esclavage aide à rétablir les droits de l’homme et la dignité de milliers de victimes et de leur famille en accordant des subventions à des projets destinés à fournir des services de réadaptation. J’exhorte les États Membres, les entreprises, les fondations privées et les autres donateurs à accroître leurs contributions. Ensemble, nous pouvons accélérer nos efforts et débarrasser le monde de cette pratique ignoble! “

L’esclavage actuel

Aujourd’hui, le travail forcé et les formes de pédophilies dont sont victimes les enfants, la prostitution des femmes. Le traitement discriminatoire des travailleurs migrants, les agressions quotidiennes contre les droits de l’homme la détérioration des termes de l’échange, le poids de la dette inique et injuste ont autant de formes de privation de libertés synonymes d’un esclavage de type moderne.

Selon les  faits et les chiffres clés de l’Organisation internationale du Travail (OIT):

  • Près de 21 millions de personnes sont victimes du travail forcé – 11,4 millions de femmes et de filles et 9,5 millions d’hommes et de garçons.
  • Près de 19 millions d’entre elles sont exploitées par des particuliers ou des entreprises privées et plus de 2 millions par un État ou des groupes rebelles.
  • Parmi celles qui sont exploitées par des particuliers ou des entreprises, 4,5 millions subissent une exploitation sexuelle forcée.

L’ONU et ses organismes affiliés en collaboration avec la communauté internationale ( ONU, syndicats, société civile…), renforcent leurs instruments internationaux pour l’éradication de toutes ces t’ormes modernes d’esclavage. Il s’agit notamment de l’adoption de nouvelles conventions:

  • La Convention internationale sur la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille;
  • La Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée;
  • La Déclaration de la Conférence mondiale contre le racisme etc…

Approfondir la réflexion sur l’ensemble de ces questions, sensibiliser l’opinion sur cette lutte actuelle contre l’esclavage de type moderne, tels sont les enjeux de la célébration de cette Journée Internationale pour l’abolition de l’esclavage du 02 décembre.

Aux dernières nouvelles, l’OIT a adopté un nouveau protocole sur le travail forcé,  un accord juridique  qui  contraint et impose aux États de prendre des mesures pour combattre l’esclavage moderne sous toutes ses formes.

Cet accord intervient sur trois niveaux: la protection,  la prévention et l’indemnisation. Le Protocole sur le travail forcé a été adopté en 2014  puis  entrer en vigueur, le 9 novembre 2016.

Une campagne 50 for Freedom vise à convaincre au moins 50 pays à ratifier le Protocole sur le travail forcé d’ici à 2018.

Les perspectives en vue

  • Vulgariser et sensibiliser l’opinion sur les graves violations des libertés individuelles en particulier le trafic des enfants et des femmes;
  • Développer et partager la réflexion sur la nécessaire mobilisation de tous les secteurs de la société pour combattre ce fléau;
  • Amener les Etats et les Institutions internationales à faire à appliquer les traités internationaux et les lois nationales.

Un site à visiter : www.un.org

No Comments

Post A Comment